Les + Récents

« Ni Macron, ni Le Pen », des étudiants bloquent leur campus pour exprimer leur mécontentement

spot_img

Désemparés du résultat du premier tour, des étudiants de certaines universités se sont révoltés contre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Une même situation se vit dans les différentes régions de la France. Pour les curieux, Insoelite vous apporte tous les détails à cet égard dans ce qui suit.    

Après l’annonce des qualifiés au second tour des présidentielles 2022, certains ont hué de joie. Mais, pour d’autres, c’est tout le contraire. En somme, les réactions étaient comme le jour et la nuit. Si la majorité des citoyens Français attendent le second tour pour dire le dernier mot, d’autres ne peuvent pas attendre. Pour preuve, des étudiants dépités du résultat du premier tour ne seraient ni pour Emmanuel Macron ni pour Marine Le Pen.

Dans le détail, ces universitaires présument se retrouver coincés à donner leur voix pour l’un des deux candidats. Pour cause, d’après leur vision, ils seraient face à un candidat « qui n’a rien fait pour l’écologie et une raciste ». En conséquence de quoi, ces derniers ont préféré passer à l’action. Une dizaine de jeunes se seraient, dans un premier temps, incrustés dans le campus « Jordan de l’École normale supérieure » à Paris.

Ce lundi, des étudiants se retrouvent 8 fois plus nombreux que ce dimanche. Quant à ce mardi 12 avril 2022, le campus de l’ENS était pratiquement vide. Les estudiantins ont, par ailleurs, agrafé des banderoles dans l’optique de faire entendre leur voix. On peut déjà citer le premier slogan que porte l’une des bannières « Jeunesse révoltée, Fac occupée ». Ou encore « Ni Macron, Ni Le Pen ». Visiblement, c’est leur seule arme pour eux de se faire écouter.

La révolution des étudiants pour dire leur dernier mot

Déterminés à dire non, les étudiants ne se seraient pas arrêtés à la paralysation du campus, seulement. Ils se sont plutôt dirigés vers la rue, cordialement, le dimanche soir. Sachant qu’ils seraient moins d’une centaine. Un étudiant a, ainsi, élucidé au Parisien : « Ça n’est pas possible d’en arriver à une telle banalisation de l’extrême droite ». Avant de souligner que le taux de non-intervention des jeunes n’implique pas le fait que « la jeunesse n’a pas d’idée ».

Il est à noter en outre que 40% des moins de 34 ans n’ont pas voté au premier tour. Et d’autres, ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. Très remontés, les jeunes s’en prennent extrêmement aux générations antiques. Une étudiante a, d’ailleurs, expliqué au média susmentionné : « Si les plus de 65 ans n’avaient pas voté, Mélenchon aurait gagné ». Avant de souligner dans le même contexte que l’urgence écologique aurait été prise en compte.

Les jeunes de la fourchette qui va entre 18 et 22 ans estimeraient que les manifestations d’autrefois sont sans résultat. Ainsi, le blocage de l’université serait leur seule issue de pression. Cependant, les étudiants du campus Jordan ne sont pas les seuls à réagir. La même situation voit le jour à l’université « Paris VIII Nanterre ». Tandis que du côté de la « Sorbonne Paris I », l’assemblée générale de ce mercredi 13 avril 2022, devrait clarifier l’affaire.

Partager :

Tendance

à ne pas rater